L’exploitation des éoliennes: entre travail manuel et science-fiction

Les roues des éoliennes tournent, tournent, tournent. Mais qu’est-ce qui fait que les turbines fonctionnent toujours parfaitement? Outre les techniciens bien formés, les algorithmes et le négoce d’énergie jouent aussi un rôle important. Francesco Piersanti, responsable du domaine Exploitation et maintenance dans le secteur d’activité Wind & Solar de BKW, décrit la situation plus en détail.
Cette page n’a été que partiellement traduite dans la langue que vous avez sélectionnée. Elle est également disponible dans les langues suivantes:

Ils n’ont pas peur du vertige, aiment les situations venteuses et ne se battent pas contre mais pour les «moulins à vent». Il est question des 70 techniciens spécialisés dans les éoliennes qui font qu’elles continuent de tourner et assurent ainsi la production d’électricité renouvelable à partir du vent en Italie, en Allemagne et en Suisse. «Nos agents, malheureusement que des hommes en ce moment, représentent le mix parfait entre l’électricien et le mécanicien», affirme Francesco Piersanti. Il dirige le domaine Exploitation et maintenance dans le secteur d’activité Wind & Solar de BKW. En effet, que ce soit dans le rôle de dépanneur, c’est-à-dire lorsque des turbines ont une défaillance et que le problème doit être résolu, ou en cas de travaux d’entretien prévus, la connaissance des composants instrumentaux et électromécaniques est essentielle, tout comme celle des flux énergétiques et de la logique de commande.

 

turbine éolienne
Photo: Severin Jakob

«Nous misons fortement sur le transfert de connaissances»

L’organisation en arrière-plan tient un rôle important, comme l’explique Francesco Piersanti: «Nos collaborateurs dans et sur l’éolienne ne peuvent travailler de manière efficace que si les processus des chaînes d’approvisionnement sont bien établis – et de préférence numériques. Il en va de l’ensemble de l’approvisionnement et de la logistique, pour que le matériel soit disponible à tout moment.» Cependant, il est aussi fondamental d’avoir des accords ad hoc avec les producteurs d’éoliennes  afin que BKW ait accès aux stocks de matériel et aux composants clés des différents types de turbines. Dans ce contexte, les différents types de turbine de divers fabricants que BKW exploite constituent un défi. Chaque type a ses particularités. «Il est donc primordial d’avoir dans l’équipe des gens ayant des connaissances spécifiques sur chaque turbine. Dans le même temps, nous misons fortement sur le transfert de connaissances pour que notre personnel dispose d’un savoir toujours plus grand sur les différentes technologies.»

 

techniciens sur les éoliennes
Garanti sans vertige : les techniciens sur les éoliennes. Photo : Tarnero / stock.adobe.com

Voir avec les yeux du technicien et accompagner – un jour

Les techniciens sont soutenus et guidés par l’équipe d’assistance de l’exploitation. Ils planifient les travaux à l’extérieur et gèrent le matériel et les outils pour les turbines. De plus, ils surveillent le fonctionnement des turbines depuis leur bureau. «Il s’agit ici de différents profils professionnels tels que des superviseurs, mais aussi des ingénieurs et des techniciens qui soutiennent nos agents dans les parcs depuis les bureaux centraux», ajoute Francesco Piersanti. Ici aussi, le développement du numérique entre en jeu sous la forme de l’utilisation d’un «Computerized Maintenance Management System» ayant pour objectif une gestion efficace de tous les travaux d’entretien réalisés et la saisie des ressources employées à cet effet.

«À l’avenir, l’assistance technique du bureau sera probablement aussi au rendez-vous lorsque nos techniciens seront à l’intérieur de l’éolienne et feront face à un problème. L’une des idées est de doter nos techniciens de casques spéciaux avec des lunettes interactives. Ainsi, l’assistant pourra pratiquement voir avec les yeux du technicien et le soutenir – ça ressemble un peu à de la science-fiction!», précise F. Piersanti.

[Translate to Französisch (CH):] Francesco Piersanti
«Sur la base de données portant sur l’ensemble de la durée de vie, les algorithmes peuvent établir un profil de chaque turbine et planifier les travaux techniques avec une très grande précision de façon proactive.»

Des données plutôt que des hypothèses

Le passage au numérique a déjà bien avancé dans de nombreux domaines du parc éolien et ces dernières années, il a fortement fait évoluer le travail d’entretien et d’exploitation dans l’équipe de Francesco Piersanti. «Il y a quelques années encore, nous exploitions les installations dans un mode «run to fail», pour ainsi dire. Nous ne découvrions alors les problèmes que lorsqu’ils avaient pris une grande ampleur et avaient déjà causé des coûts élevés et des pertes de production.» Grâce à des systèmes avancés de surveillance de leur état et à des algorithmes prédictifs, les logiciels reconnaissent aujourd’hui toute divergence sur les principaux paramètres de fonctionnement (par exemple une élévation de la température au niveau du palier d’un générateur) et fournissent un diagnostic prévisionnel. Ainsi, le personnel peut reconnaître à temps les causes d’un problème technique et réagir avec anticipation. La situation est similaire au niveau des travaux d’entretien: alors qu’auparavant, il était par exemple habituel de changer l’huile des machines à intervalles réguliers, ce sont maintenant des capteurs qui déterminent si un changement d’huile est nécessaire sur la base des caractéristiques physiques et chimiques de celle-ci. Plusieurs facteurs propres au site peuvent avoir une influence sur la fréquence des changements d’huile, également en fonction des conditions climatiques et des heures d’exploitation de la turbine. «Notre travail se base donc sur des données plutôt que sur des hypothèses. De cette façon, nous optimisons le fonctionnement de l’installation, et donc les coûts d’exploitation. Et un point fondamental: le rendement énergétique aussi.»

Dans le futur, le passage au numérique doit être poursuivi jusqu’à ce que des algorithmes puissent rendre prédictible la maintenance des installations. «Sur la base de données portant sur l’ensemble de la durée de vie, les algorithmes peuvent établir un profil de chaque turbine et planifier les travaux techniques avec une très grande précision de façon proactive», complète F. Piersanti. Le rôle du négoce d’énergie est également essentiel: en s’aidant des prévisions pour le vent et les prix, BKW planifie les travaux d’entretien de manière à ce que les installations soient toujours disponibles pour la production lorsque les conditions du marché sont favorables.

Un soutien personnel précieux de la part de La Goule

En Italie, l’équipe de F. Piersanti exploite et entretient déjà 22 parcs éoliens représentant 260 turbines et une puissance totale de 483 MW. Près de la moitié des turbines appartiennent à des entreprises tierces. Les parcs se trouvent essentiellement dans le sud de l’Italie, où le vent souffle régulièrement et où les territoires sont peu peuplés. «Là-bas, nos équipes sont très bien rodées, et la qualité des travaux d’entretien et d’exploitation est donc très élevée», explique F. Piersanti.

Il en va de même en Suisse : dans le parc éolien de JUVENT, dans le Jura, BKW est très bien positionnée pour les travaux. Notamment grâce au soutien en personnel de la société du groupe FMB La Goule. Il s'agit maintenant d'étoffer l'équipe en Allemagne pour les parcs éoliens de Bockelwitz, Holleben, Dubener Platte, Sendenhorst et Bippen. A ce sujet, Piersanti déclare : «En Allemagne, nous avons toujours besoin de personnel de qualité et nous nous réjouissons de toute candidature qualifiée».

Parc éolien de Monticelli
Parc éolien de Monticelli dans le sud de l'Italie.

Francesco Piersanti

Francesco Piersanti dirige le domaine Exploitation et maintenance de l’unité commerciale Wind/Solar de BKW depuis 2019. Il est basé à Milan chez BKW Italie. Au total, 70 personnes font partie de son domaine; elles travaillent en Italie depuis 2017 et en Allemagne et en Suisse depuis fin 2021.

 

Dienstleistungen im Bereich Windkraft

Dienstleistungen im Bereich Windkraft

Die BKW ist seit 1992 im Windgeschäft tätig und bietet ihren Kundinnen und Kunden ein umfassendes Know-how und eine breite Palette von Dienstleistungen.

Postes vacants

Postes vacants

Nous sommes polyvalents. Plus de 140 filiales réparties dans plus de huit pays d’Europe constituent le groupe BKW.

Auteurs

Commentaires

BKW est ouverte à un dialogue en ligne respectueux (notre nétiquette) et accueillera volontiers vos commentaires et vos questions. Pour les questions qui ne correspondent pas au sujet ci-dessus, veuillez utiliser le formulaire de contact.

Pas encore de commentaires

Articles similaires