«BKW est une pionnière et une créatrice de possibilités»

Comment le marché des véhicules électriques évolue-t-il? Comment nous logerons-nous et travaillerons-nous à l’avenir? Lors des premiers entretiens lounge de BKW au Musée Suisse des transports de Lucerne, des expertes et des experts du Smart Living, Smart Building et de l’électromobilité se sont penchés début juin sur cette question et bien d’autres encore.

Une voiture électrique est en train d’être rechargée devant la maison. Une installation photovoltaïque placée sur le toit produit de l’électricité, le bâtiment est équipé d’un système de chauffage et de ventilation ultramoderne et d’un système d’automation de bâtiment sophistiqué, et on peut commander soi-même de multiples éléments via une tablette, le réfrigérateur intelligent, par exemple. Bienvenue à la maison Smart Living au Musée suisse des transports de Lucerne construite à l’automne dernier par des spécialistes en technique du bâtiment de BKW Building Solutions. Le lieu des premiers entretiens lounge de BKW n’aurait pu être mieux choisi.

Des expertes et des experts des domaines du smart living et de l’électromobilité se sont retrouvés dans ce pavillon BKW pour échanger sur ces thèmes au cours de deux discussions diffusées en direct sous forme de webinaires.

Simplifier l’habitat

Plus de confort, de sécurité et d’économies d’énergie: le «Smart Home» s’adapte au mode de vie des habitantes et des habitants tout en leur facilitant le quotidien: dans un Smart Home, les différents dispositifs et composants sont reliés et harmonisés les uns aux autres pour former un tout. L’ancien joueur professionnel de hockey sur glace Mark Streit apprécie ces commodités. Il habite dans une maison intelligente avec sa famille. «Le Smart Living offre d’importants avantages notamment sur le plan de l’éclairage et de l’ombrage. Si on part de chez soi le matin d’une journée chaude, les stores se baissent automatiquement pendant la journée, si bien qu’il fait frais le soir lorsqu’on rentre», a-t-il raconté lors de l’entretien lounge sur le thème des bâtiments intelligents de l’avenir.

Pour Peter Staub, président du conseil d’administration de pom+Group AG, les avantages sont indéniables: «L’objectif fondamental de Smart Living est de simplifier l’habitat.» Pour ce faire, des interactions entre le bâtiment et ses habitants sont nécessaires. Et la technologie est nécessaire pour que ces interactions puissent avoir lieu.

Portrait Mark Streit
Mark Streit

Rendre le travail plus agréable

Hormis les périodes où une pandémie bouleverse notre vie, nous passons aussi beaucoup de temps au bureau. C’est ce qui explique que le «Bureau 4.0» du pavillon BKW ait fait l’objet de longues discussions. En période de télétravail, le Smart Home et le Smart Bureau fusionnent, comme l’a exprimé Michael Epprecht, de Microsoft IoT Engineering. «Aujourd’hui, je peux travailler de partout: en télétravail, au bureau, à l’aéroport, à l’hôtel. La technologie m’offre cette flexibilité. Je pourrais m’acquitter de 95% de mes missions à l’aide de mon téléphone portable. Je n’ai pas toujours besoin d’un ordinateur portable ou d’un PC.»

En quand on travaille de nouveau au bureau, on a besoin de zones de créativité, a souligné Karin Frick, directrice de recherches et membre de la direction de GDI. «Je peux travailler seule partout, peu importe le lieu où je me trouve. Toutefois, même à l'avenir, il sera parfois essentiel que nous nous retrouvions, que nous soyons au même endroit.» Des aspects sanitaires ainsi que la lumière, le climat et le bien-être jouent également un rôle crucial (lisez aussi à ce sujet notre blog sur ce thème).

Portrait Karin Frick
Karin Frick
«On vit de manière plus confortable, plus sûre et plus efficace dans un bâtiment intelligent»
Christian Pfab, responsable Automation de BKW Building Solutions

Économiser de l’argent et de l’énergie

Christian Pfab, responsable Automation de BKW Building Solutions, est spécialiste du Smart Living. «On vit de manière plus confortable, plus sûre et plus efficace dans un bâtiment intelligent», estime-t-il. Il est ainsi possible d’économiser de l’argent et de l’énergie. L’habitat gagnera aussi en flexibilité à l’avenir. «Par exemple, je réussis à mieux intégrer le télétravail, car 40% des appartements sont aussi utilisés comme bureaux.» D’après lui, le groupe BKW est bien positionné grâce à ses différentes compétences, d’une part en matière de planification et d’ingénierie, et d’autre part sur le plan de l’exécution, pour concevoir l’habitat et le bureau de l’avenir. «Toutes les compétences sont requises pour la mise en réseau et pour trouver des solutions optimales. Dans ce domaine, BKW est une pionnière et une créatrice de possibilités.»

 

Portrait Christian Pfab
Christian Pfab
Table ronde sur le thème des bâtiments intelligents

Les véhicules électriques en plein boom

Comment évolue l’électromobilité en Suisse? Quels défis se posent pour les propriétaires de maisons individuelles? Et quelles solutions s’offrent aux administrations et aux propriétaires immobiliers? Un autre groupe d’experts a échangé sur ce thème et sur d’autres lors d’un deuxième entretien lounge.

L’animatrice Nadine Jürgensen a souhaité savoir quelles sont les conditions nécessaires pour réussir le passage de la voiture thermique au véhicule électrique. Christian Bach, chef du service des systèmes de propulsion de véhicules à l’EMPA, a répondu que les mesures politiques, par exemple, étaient déjà bien engagées. «L’industrie automobile est obligée de respecter des objectifs carbones qui peuvent être atteints uniquement par l’électromobilité. Ces valeurs-cibles sont régulièrement revues à la baisse, et si l’industrie automobile ne les respecte pas, elle doit payer des amendes très élevées.»

Bien que les ventes de véhicules électriques explosent presque actuellement, de nombreux automobilistes sont sceptiques, notamment concernant l’autonomie de ces véhicules dits «à prise électrique». Et pourtant, d’après Christian Bach, 70% de la distance parcourue au quotidien est inférieure à 50 kilomètres. «Ces trajets courts devraient être parcourus à l’avenir à l’électricité.» M. Bach part du principe que plus de 70% des voitures rouleront à l’électricité en Suisse d’ici à 2040/2050.

Portrait Christian Bach
Christian Bach

«Conduire une voiture électrique doit devenir normal»

Marc Geissmann, Head of E-Mobility chez Amag, se réjouit particulièrement de l’intérêt croissant rencontré par l’électromobilité. D’après lui, il n’y a plus aucune raison aujourd’hui de ne pas échanger sa voiture thermique contre une voiture électrique. «Les véhicules et les offres sont très attractifs. Et les obstacles qui existaient il y a quelques années posent de moins en moins problème.» La voiture électrique a en tout cas fait son entrée au sein de la population.

Le skieur Daniel Yule l'a lui aussi adoptée. Il roule en hybride depuis un certain temps et sera entièrement électrique à partir de l'automne. Daniel Yule est très satisfait de sa voiture. «Je souhaite que la question de savoir si on conduit une voiture à essence ou une voiture électrique ne se pose plus à l’avenir. Conduire une voiture électrique doit devenir normal.»

Portrait Daniel Yule
Daniel Yule
«Je souhaite que la question de savoir si on conduit une voiture à essence ou une voiture électrique ne se pose plus à l’avenir.»
Daniel Yule, skieur

Cela va tout à fait dans le sens de ce que pense Peter Arnet, lui-même pionnier de la voiture électrique, qui se déplace depuis de nombreuses années à l’électrique. Le responsable BKW Smart Energy & Mobility se réjouit qu’il existe aujourd’hui une grande variété d’offres sur le marché de l’automobile. «Ces cinq prochaines années, l’enjeu sera du côté des grands bâtiments.» Les locataires qui achètent une voiture électrique se manifestent de plus en plus souvent auprès de leur société de gestion des immeubles ou de leur propriétaire pour demander une place de stationnement avec station de recharge. D’après M. Arnet, cela met les sociétés de gestion au défi. Son livre blanc très apprécié sur ce sujet peut être consulté ici (en allemand).

Jürg Grossen, président de Swiss E-Mobility, en est lui aussi conscient. Dans ses fonctions de conseiller national PVL, il a récemment déposé une motion exigeant un droit de recharge. Le Conseiller fédéral a refusé la motion, mais J. Grossen place désormais ses espoirs sur le parlement. Quoi qu’il advienne, il est convaincu que l’électrification de la mobilité n’est qu’une question de temps. «Et si nous acceptons la loi sur le CO2, la Suisse pourra avoir un rôle de pionnière sur le marché européen», ajoute-t-il.

Portrait Peter Arnet
Peter Arnet

Ensemble imaginons

Ensemble imaginons

Vous trouverez de plus amples informations sur ces sujets sur notre site web.

Discussion sur le thème de l'électromobilité

Tous les participants ont été soumis avant les entretiens lounge à un test de dépistage au Covid-19.

 

Notre contribution à la durabilité 

Par nos actions, nos produits et nos prestations, nous contribuons au développement durable de la société, de l’économie et de l’environnement. BKW développe des solutions pour l’aménagement d’infrastructures et d’espaces de vie pérennes. L’entreprise s’engage en faveur des objectifs de développement durable des Nations Unies. Vous trouverez de plus amples renseignements concernant notre gestion du développement durable ici.

Auteurs

Commentaires

BKW est ouverte à un dialogue en ligne respectueux (notre nétiquette) et accueillera volontiers vos commentaires et vos questions. Pour les questions qui ne correspondent pas au sujet ci-dessus, veuillez utiliser le formulaire de contact.

Pas encore de commentaires

Articles similaires