Tester l’avenir énergétique

Une nouvelle vie pour les batteries des voitures électriques. Un système de stockage pour l’excédent de courant solaire. Et la possibilité de casser les pointes de charge dans la consommation d’électricité: dans un projet pilote commun sur le site d’Inforama à Zollikofen, BKW et la start-up sun2wheel testent des solutions à plusieurs défis posés par la transition énergétique.

Le site d’Inforama, le centre de formation et de vulgarisation agricoles situé à Zollikofen, accueille depuis quelques semaines une remorque vert pomme. Cette dernière contient quatre batteries usagées de voitures électriques. Mais qu’entend-on ici par usagées? Après environ 300’000 kilomètres, les batteries ne conviennent plus à un usage dans les voitures électriques car elles ne peuvent alors stocker plus qu’à peu près 80% de l’énergie initiale.

Cette capacité est peut-être insuffisante pour une voiture électrique, mais convient encore largement pour une utilisation dans un système de stockage stationnaire. «Sous cette forme, les batteries peuvent encore être utilisées environ dix années supplémentaires et bénéficient pour ainsi dire d’une seconde vie», explique Dominik Müller, responsable commercial chez sun2wheel. La vision de la start-up consiste à exploiter au maximum le potentiel offert par l’électromobilité. Cela se traduit également par l’usage des batteries au-delà de leur période d’utilisation dans les voitures.

La remorque vert pomme sur le site d’Inforama à Zollikofen.
La remorque vert pomme sur le site d’Inforama à Zollikofen.
[Translate to Französisch (CH):] Dominik Müller
«Les batteries des voitures peuvent encore être utilisées environ dix années supplémentaires en tant que systèmes de stockage.»
Dominik Müller, responsable commercial chez sun2wheel

Casser les pics de puissance

Cependant, les batteries ont une seconde fonction, plus importante pour Inforama: en tant que gros consommateur, Inforama se voit facturer non seulement la quantité d’électricité prélevée, mais également un tarif de puissance. Ce dernier se base sur la mesure la plus élevée du mois pour la puissance atteinte sur un quart d’heure au raccordement au réseau. Si Inforama a besoin d’une quantité très importante de courant à un moment particulier, elle peut désormais la prélever en partie depuis les batteries. Le pic de puissance au raccordement au réseau est ainsi réduit, tout comme la facture d’électricité. Lorenz Held, directeur de l’OIC et architecte cantonal, précise à ce sujet: «Ce projet pilote permet à l’OIC de donner plus de poids à ses objectifs de développement durable et de poser les bases pour des bâtiments plus rentables et écologiques.»

Pour sa part, BKW tire profit des quatre mois du projet pour développer de nouvelles prestations énergétiques intelligentes. «Les données collectées sur place nous fournissent une excellente base pour conseiller et assister Inforama en détail dans le développement de ses solutions énergétiques», explique Martin Kauert, chargé du développement de l’activité chez BKW. «Il peut s’agir par exemple d’une batterie stationnaire combinée à une installation photovoltaïque parfaitement adaptée en termes de puissance ou du développement intelligent de l’infrastructure de recharge des voitures électriques.»

Martin Kauert et Dominik Müller devant les batteries de voitures
Martin Kauert et Dominik Müller devant les batteries de voitures qui bénéficient d’une seconde vie en tant que systèmes de stockage.
[Translate to Französisch (CH):] Lorenz Held
«Ce projet pilote permet à l’OIC de donner plus de poids à ses objectifs de développement durable et de poser les bases pour des bâtiments plus rentables et écologiques.»
Lorenz Held, directeur de l’OIC et architecte cantonal

Une capacité de stockage supplémentaire correspondant à la consommation quotidienne de 700’000 ménages

Un autre élément fait également partie d’une possible solution: la remorque intègre une infrastructure de recharge bidirectionnelle des batteries se trouvant cette fois dans les voitures électriques. Cela signifie que les voitures électriques peuvent être rechargées et restituer simultanément du courant de leurs propres batteries au système. Ce concept s’appelle «Vehicle to Home/Grid (V2H/V2G)».

Ce qui fait l’objet de tests sur le site d’Inforama n’est rien de moins que l’avenir énergétique: «Dans quelques années seulement, nous disposerons de plus de 200’000 voitures électriques en Suisse. Toutes ces batteries réunies possèdent une capacité de stockage de plus de 10 gigawattheures, ce qui correspond à la consommation quotidienne d’environ 700’000 ménages», ajoute Dominik Müller. La commercialisation du concept V2H/V2G devrait nécessiter encore un certain temps. En attendant, la remorque vert pomme reprendra la route vers d’autres clientes et clients potentiels. «Ce système pilote mobile permet de tester le fonctionnement et de s’entretenir sur des solutions possibles avant que le client choisisse la solution fixe adaptée sur place», explique Martin Kauert.

Dominik Müller et Martin Kauert avec l'infrastructure de recharge
Recharger et décharger en fonction des besoins du système global. À l’avenir, il sera davantage possible de proposer ces deux options.
[Translate to Französisch (CH):] Martin Kauert
«Ce système pilote mobile nous permet de tester le fonctionnement et de nous entretenir sur des solutions possibles avant que le client choisisse la solution fixe adaptée sur place.»
Martin Kauert, chargé du développement de l’activité chez BKW

C’est aussi l’objectif de l’OIC: «Grâce à cette coopération avec BKW, le canton de Berne peut poursuivre ses objectifs en matière de stratégie énergétique et apporter une contribution importante à notre avenir énergétique», précise Lorenz Held.

 

sun2wheel

La start-up sun2wheel développe des systèmes de stockage et de recharge pour l’électromobilité de demain. En plus de leur utilisation dans les voitures électriques, les batteries poursuivent d’autres finalités et participent ainsi à l’avenir énergétique.

 

INFORAMA

INFORAMA est le centre de formation et de vulgarisation agricoles du canton de Berne pour les métiers de l’agriculture, de l’économie familiale, de la culture maraîchère et du cheval.

 

Notre contribution à la durabilité 

Par nos actions, nos produits et nos prestations, nous contribuons au développement durable de la société, de l’économie et de l’environnement. BKW développe des solutions pour l’aménagement d’infrastructures et d’espaces de vie pérennes. L’entreprise s’engage en faveur des objectifs de développement durable des Nations Unies. Vous trouverez de plus amples renseignements concernant notre gestion du développement durable ici.

Auteurs

Commentaires

BKW est ouverte à un dialogue en ligne respectueux (notre nétiquette) et accueillera volontiers vos commentaires et vos questions. Pour les questions qui ne correspondent pas au sujet ci-dessus, veuillez utiliser le formulaire de contact.

Pas encore de commentaires

Articles similaires