Immeuble, usine ou centrale nucléaire: toute déconstruction produit nombre de matériaux à recycler ou à éliminer. Pour la CNM, il s’agit principalement de déchets de construction normaux. Seuls quelques matériaux ont été au contact de matières radioactives pendant l’exploitation, et la majorité de ces matériaux peuvent être nettoyés, puis recyclés ou mis en décharge normalement. 

 

Les matériaux issus du démantèlement

1. Quantités

La masse totale de la CNM est d’environ 200 000 tonnes. Environ 8% sont radioactifs, mais la plus grande partie ne l’est que faiblement. Après décontamination, ces matériaux peuvent être éliminés comme des déchets de construction normaux ou recyclés. Il restera à peine 2% de déchets radioactifs à éliminer de manière spécifique. 

2. Décontamination et mesurage de libération

Notre priorité est de réduire au minimum les déchets radioactifs et de décontaminer au maximum. Parfois, un essuyage suffit. Parfois, il faut un nettoyage haute pression (eau ou billes d’acier). S’ensuit un mesurage de libération pour s’assurer que les matériaux ne sont plus radioactifs et peuvent être éliminés ou recyclés normalement. Ce qui ne peut être décontaminé est conditionné pour un stockage ultérieur en profondeur. 

3. Stockage de désactivation

Stockés pendant quelques années (30 ans selon la loi), les matériaux légèrement actifs voient leur radioactivité s’abaisser au point de ne plus être une source de rayonnement. Les déchets désactivés peuvent être recyclés ou éliminés normalement. Le stockage de désactivation permet de réduire largement le volume de déchets radioactifs. 

4. Déchets de faible et moyenne activité

Il s’agit, par exemple, de la résine des installations de nettoyage utilisées pour le retraitement des eaux usées, des vêtements de travail et des parties d’installations et conduites démantelées. Si ces derniers ne peuvent pas être nettoyés, ils sont traités puis conditionnés pour le stockage en profondeur et ensuite entreposés dans le Zwilag de Würenlingen en attendant un stockage géologique en profondeur. 

5. Eléments combustibles – déchets de haute activité

Les éléments combustibles usés s’affaiblissent pendant plusieurs années dans la piscine de stockage de la CNM avant d’être transférés au Zwilag. Plus tard, ils sont placés dans un dépôt en couches géologiques profondes. Tous les éléments combustibles auront quitté la CNM en 2024. 

6. Zwilag de Würenlingen

Le Zwilag accueille les déchets radioactifs jusqu’à ce qu’un centre de stockage géologique en profondeur ait été construit et soit opérationnel. Le Zwilag est suffisamment grand pour contenir tous les déchets provenant de l’exploitation et du démantèlement des cinq centrales nucléaires suisses (en comptant une durée de vie de 60 ans). 

7. Dépôt en couches géologiques profondes, 
Nagra

Un stockage géologique en profondeur permet de protéger la population et l’environnement des déchets radioactifs. La Société coopérative nationale pour l’entreposage de déchets radioactifs (Nagra), fondée par les exploitantes des centrales nucléaires et la Confédération, est chargée de trouver un site sûr pour un dépôt en couches géologiques profondes, de le construire et de l’exploiter. La recherche d’un site sûr est un processus de longue haleine. Trois sites possibles pour un dépôt hautement actif et un dépôt faiblement et moyennement actif sont étudiés en profondeur sur le plan géologique. Le choix du site se fait sur cette base. 

Gestion des déchets radioactifs

L’exploitation – et surtout le démantèlement – d’une centrale nucléaire génère des déchets radioactifs devant être éliminés correctement. En Suisse, ils doivent être stockés dans des couches géologiques profondes. En attendant le choix du site de stockage en profondeur et sa mise en service, les déchets sont entreposés au Zwilag à Würenlingen. En 2030, le site de la CNM sera exempt de matériaux radioactifs. 

 

Conditionnement des déchets radioactifs

Les éléments combustibles ayant servi à la production restent d’abord durant plusieurs années dans la piscine de stockage de la CNM. Lorsque leur radioactivité et leur température ont largement diminué, ils sont emballés sous l’eau dans des conteneurs, transportés au Zwilag et stockés comme déchets de haute activité. Nous avons déjà effectué régulièrement ce travail pendant le fonctionnement de puissance. Durant les premières années suivant l’arrêt, le volume de transport autour de la CNM reste aussi à peu près le même que pendant l’exploitation.

Les déchets à faible et moyenne activité (par exemple résines issues de stations d’épuration des eaux usées ou vêtements de travail contaminés) sont aussi traités de façon à pouvoir être stockés dans un dépôt géologique profond comme pendant l’exploitation normale. Les déchets liquides sont solidifiés, ceux comprimables comprimés et ceux combustibles brûlés dans l’installation à plasma du Zwilag. Les gaz de combustion sont épurés et les résidus sont éliminés comme déchets radioactifs. Les déchets sont conditionnés soit à la CNM, soit au Zwilag. Enfermant hermétiquement les déchets, les conteneurs d’élimination sont simples, robustes et sûrs à manipuler.

Zwilag de Würenlingen

Les déchets radioactifs des centrales nucléaires sont entreposés dans un centre de stockage intermédiaire jusqu’à la mise en service du dépôt définitif. Le Zwilag peut accueillir les déchets issus de l’exploitation et de la désaffectation des cinq centrales nucléaires suisses (en comptant une durée de vie de 60 ans).

Plus d'infos sur le centre de stockage

Dépôts géologiques en profondeur

Le modèle suisse de gestion des déchets prévoit deux dépôts en couches géologiques profondes: un pour les déchets hautement radioactifs et un pour les déchets faiblement et moyennement radioactifs. Une autre solution consisterait à regrouper les deux dépôts. Les dépôts seront aménagés dans des couches d’argile à Opalinus, à plusieurs centaines de mètres de profondeur. Selon la nature des déchets, ils comprendront des galeries ou des cavernes de stockage, un dépôt pilote pour la surveillance d’un échantillon représentatif des déchets, une zone de test, des infrastructures et des tunnels d’accès. Les dépôts en couches géologiques profondes garantissent la sécurité à long terme de la population et de l’environnement 

Plus d'infos concernant nagra