BKW est le premier exploitant à procéder à la désaffectation d’une centrale nucléaire. A partir de 2034, le site pourra être utilisé à des fins industrielles ou aménagé de façon proche de l’état naturel. D’ici là, il reste beaucoup à faire. Planifiée durant des années, la désaffectation de la CNM s’effectuera en plusieurs étapes.

De 2015 à 2019: fonctionnement de puissance et planification de la désaffectation

La CNM, qui couvre env. 5% des besoins en électricité du pays, continuera de produire de l’électricité de façon sûre et fiable jusqu’à la fin 2019. Elle sera définitivement mise à l’arrêt le 20 décembre 2019. Pour être sûrs que toutes les conditions légales seront réunies à temps, nous avons déposé la demande d’autorisation de désaffectation auprès des autorités fédérales le 18 décembre 2015.

 

2020: préparation du démantèlement

Les préparatifs en vue du démantèlement débuteront dès l’arrêt de l’exploitation. Après leur retrait du réacteur, les combustibles seront entreposés pendant plusieurs années dans la piscine de «Les préparatifs en vue du démantèlement débuteront dès l’arrêt de l’exploitation en 2019.» désactivation. Nous exploiterons cette dernière de façon autonome vers la fin 2020; le système de refroidissement sera transformé en un système de sécurité dans ce but. La centrale sera alors prête pour la phase de post-exploitation (mise hors service définitive). Parallèlement, nous aurons commencé à vider la salle des machines.

De 2021 à 2024: évacuation des éléments combustibles

Les éléments combustibles seront progressivement acheminés jusqu’au centre de stockage intermédiaire de Würenlingen. Vers la fin 2024, tous les combustibles auront été évacués du site de la CNM. Plus de 98% de la radioactivité auront alors été éliminés. Parallèlement, la salle des machines continuera d’être vidée et préparée en vue du traitement des matériaux. Les premières opérations de démontage commenceront là où cela est déjà possible.

De 2025 à 2030: démantèlement nucléaire

A partir de 2025, les parties restantes de l’installation ayant été en contact avec la radioactivité seront démontées. Le démantèlement des parties fortement contaminées s’effectuera sous l’eau, celui de la plupart des autres composants dans  a salle des machines. Les composants seront dans la mesure du possible décontaminés, les débris conditionnés. Les matériaux décontaminés seront mis en décharge comme des déchets ordinaires ou recyclés. Les déchets radioactifs seront acheminés vers le centre de stockage de Würenlingen.

2031: validation du site

Fin 2030, toutes les sources radioactives auront été éliminées de la CNM. Le site sera alors soumis au contrôle des autorités. En l’absence de sources de rayonnements, sa reconversion sera validée.

De 2031 à 2034: démantèlement conventionnel

Indépendamment de la décision quant à l’affectation du site (utilisation à des fins industrielles ou aménagement de façon proche de l’état naturel), les bâtiments seront démolis si aucune reconversion n’est envisagée. Les déchets de démolition seront soit recyclés soit mis en décharge. Le site pourra être réaménagé à partir de 2034.

Aperçu général de la désaffectation

Notre atout: nos compétences

Le démantèlement d’une centrale nucléaire est un projet complexe qui requiert, outre la participation du personnel en place, le soutien de personnes ayant de l’expérience en matière de démantèlement. Il en résulte un partage de connaissances, bénéfique pour tous.

L’arrêt de la CNM offre des perspectives professionnelles intéressantes aux collaborateurs de la centrale, qui pourront faire preuve de créativité et d’esprit d’initiative, et mettre à profit leurs compétences techniques. L’enjeu est de continuer d’exploiter l’installation de façon sûre tout en recherchant des solutions novatrices sur mesure pour permettre sa désaffectation dans les meilleures conditions de sécurité et d’efficacité. C’est pourquoi BKW recrute des personnes ayant de l’expérience dans le démantèlement d’installations nucléaires.

Le démantèlement de la CNM constitue un défi d’un point de vue organisationnel également, la centrale changeant de configuration à mesure de la progression des travaux. Ainsi, les tâches récurrentes liées à l’exploitation se mueront en tâches uniques, les activités routinières disparaîtront. L’organisation de la CNM devra être adaptée à ces nouvelles conditions.

 

Martin Saxer, directeur de la CNM

«Les collaborateurs peuvent marquer de leur empreinte le démantèlement de la première centrale nucléaire suisse. Nous nous réjouissons de relever ce défi.»

Les connaissances acquises dans le cadre de ce projet seront utiles pour d’autres projets de démantèlement, à l’étranger également. La désaffectation offre des perspectives professionnelles intéressantes même si pour certains, l’arrêt de la centrale sera un cap émouvant à passer.