Qu’il s’agisse d’un immeuble, d’une usine ou d’une centrale nucléaire, toute déconstruction produit quantités de matériaux qui peuvent être réutilisés ou doivent être éliminés. Les matériaux issus du démantèlement de la CNM seront principalement constitués de déchets de construction ordinaires car seule une petite partie a été au contact de substances actives pendant l’exploitation de la centrale. La plus grande partie des matériaux pourra être décontaminée puis recyclée ou mise en décharge.

Les matériaux issus du démantèlement

1. Quantités

Le démantèlement de la CNM produira environ 200 000 tonnes de déchets. Environ 8% des déchets sont radioactifs, mais la plus grande partie ne le sont que faiblement. Ces matériaux peuvent être décontaminés selon une procédure spécifique avant d’être réutilisés ou éliminés comme des déchets de construction ordinaires. Au final, il restera à peine 2% de déchets radioactifs, qui devront être soumis à une procédure d’élimination spécifique. 

2. Décontamination et mesurage de libération

Notre premier objectif est de réduire au minimum les déchets actifs. C’est pourquoi nous décontaminons autant de matériaux que possible. Parfois, il suffit de les essuyer. Parfois, il faut les soumettre à un nettoyage haute pression (eau ou sable). Ensuite, ils sont contrôlés par le biais d’un mesurage dit «de libération» pour s’assurer qu’ils ne sont plus actifs. Les éléments qui ne peuvent pas être décontaminés sont conditionnés en vue d’un stockage ultérieur en profondeur.  

3. Stockage de désactivation

Stockés pendant quelques années, les matériaux légèrement actifs voient leur radioactivité s’abaisser sans traitement spécifique au point de ne plus être considérés comme une source de rayonnement. La loi prévoit une durée de stockage de trente ans. Les déchets légèrement actifs peuvent être recyclés ou éliminés comme des déchets ordinaires. Le stockage de désactivation permet de réduire considérablement le volume de déchets radioactifs.

4. Déchets de faible et moyenne activité

Il s’agit par exemple de la résine des installations de nettoyage utilisées pour le retraitement des eaux usées, des vêtements de travail et des parties d’installations et conduites démantelées. Si ces dernières ne peuvent pas être nettoyées, elles doivent être démontées, voire fondues, puis conditionnées. Elles seront ensuite entreposées dans le centre de stockage intermédiaire (Zwilag) de Würenligen en attendant un stockage géologique en profondeur.  

5. Eléments combustibles – déchets de haute activité

Les éléments combustibles usés sont tout d’abord stockés plusieurs années dans la piscine de désactivation de la CNM, avant d’être envoyés au Zwilag, comme les déchets de faible et moyenne activité, en attendant un stockage géologique en profondeur. Tous les éléments combustibles auront quitté la CNM en 2024.

6. Centre de stockage intermédiaire de Würenlingen (Zwilag)

Le Zwilag vise à accueillir les déchets radioactifs jusqu’à ce qu’un centre de stockage géologique en profondeur ait été construit et soit opérationnel. Rien ne presse, puisque le Zwilag est assez grand pour accueillir la totalité des déchets des cinq centrales nucléaires suisses (en comptant une durée d’exploitation de 60 ans).

7. Dépôt en couches géologiques profondes (Nagra)

Un stockage géologique en profondeur permettra de protéger durablement la population et l’environnement des déchets radioactifs. La Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs (Nagra), fondée par les exploitants des centrales nucléaires et la Confédération, a pour mandat de chercher un site sûr pour le stockage en profondeur, de le construire et de l’exploiter. La recherche d’un site sûr est un processus de longue haleine. Début 2015, la Nagra a réduit le nombre d’options à disposition et présenté deux sites possibles, tant pour les déchets de haute activité que pour les déchets de faible et moyenne activité. Ceux-ci font désormais l’objet d’une étude quant aux aspects géologiques. 

Gestion des déchets radioactifs

Le démantèlement d’une centrale nucléaire génère – tout comme son exploitation – des déchets radioactifs, qui doivent être éliminés dans le respect des prescriptions. Le modèle suisse de gestion des déchets radioactifs prévoit un stockage en couches géologiques profondes. En attendant la détermination du site de stockage exact et la mise en service du dépôt définitif, les déchets sont entreposés dans le centre de stockage intermédiaire de Würenlingen (Zwilag). A partir de 2030, il n’y aura plus de matières radioactives sur le site de la CNM.

 

 

Conditionnement des déchets radioactifs

Les combustibles nécessaires pour la production d’énergie à la CNM sont remplacés tous les six ou sept ans. Les combustibles usés sont considérés comme des déchets hautement radioactifs. Après leur retrait du réacteur, ils sont tout d’abord entreposés pendant plusieurs années dans la piscine de désactivation du combustible usé de la CNM, dans laquelle ils se désactivent. L’eau est une barrière efficace contre les rayonnements et permet de refroidir les combustibles, qui continuent d’émettre de la chaleur. Les combustibles usés sont ensuite conditionnés dans des conteneurs de transport puis acheminés jusqu’au centre de stockage intermédiaire, où ils sont transbordés dans des conteneurs de stockage intermédiaire.

Les déchets faiblement et moyennement radioactifs (résines provenant d’installations d’épurations des eaux usées, vêtements de travail contaminés du personnel de la centrale) sont préparés en vue de leur entreposage en couches profondes. Les déchets liquides sont solidifiés, les déchets comprimables comprimés, les déchets combustibles brûlés dans l’installation à plasma du centre de stockage intermédiaire; les gaz d’échappement sont épurés et les résidus gérés comme les autres déchets radioactifs, c’est-à-dire conditionnés en vue de leur entreposage en couches profondes soit à la CNM soit au centre de stockage intermédiaire. Les conteneurs, robustes et fermés hermétiquement, peuvent être manipulés en toute sécurité.

Centre de stockage intermédiaire de Würenlingen


Les déchets radioactifs issus des centrales nucléaires sont entreposés dans un centre de stockage intermédiaire jusqu’à la mise en service du dépôt en couches géologiques profondes. Ce centre de stockage présente une capacité suffisante pour accueillir les déchets issus de l’exploitation et de la désaffectation des cinq centrales nucléaires suisses (durée d’exploitation de 60 ans). 

Plus d'infos sur le centre de stockage

Dépôts géologiques en profondeur

Le modèle suisse de gestion des déchets prévoit deux dépôts en couches géologiques profondes: un pour les déchets hautement radioactifs et un pour les déchets faiblement et moyennement radioactifs. Une autre solution consisterait à regrouper les deux dépôts. Les dépôts seront aménagés dans des couches d’opalinuston, à plusieurs centaines de mètres de profondeur. Selon la nature des déchets, ils comprendront des galeries ou des cavernes de stockage, un dépôt pilote pour la surveillance d’un échantillon représentatif des déchets, une zone de test, des infrastructures et des tunnels d’accès. Les dépôts en couches géologiques profondes garantissent la sécurité à long terme de la population et de l’environnement.

Plus d'infos concernant nagra