News

Questions et réponses sur le projet de parcs éoliens de Fosen (Norvège) concernant la protection de la population indigène et les enjeux environnementaux

(Image symbolique de parcs éoliens)

Depuis 2016, BKW et Credit Suisse Energy Infrastructure Partners AG participent au plus important projet de parcs éoliens terrestres d’Europe. Par le biais du consortium Nordic Wind Power DA, elles détiennent des parts dans la société Fosen Vind DA. On accuse cette dernière de mettre grandement en péril la culture et les moyens de subsistance de la communauté indigène concernée des Samis du sud. Concrètement, les allégations portent sur une violation des droits fonciers et du non-respect du droit à l’autodétermination. La communauté des Samis du sud a donc déposé une plainte en Norvège ainsi qu’à l’échelle internationale. En tant que consortium Nordic Wind Power DA, nous prenons position sur ces questions.

BKW et Credit Suisse encouragent l’investissement dans les énergies alternatives dans le monde entier et prennent en compte les besoins des populations locales lors de la mise en œuvre. Le projet Fosen Vind a été soumis à une procédure d’autorisation rigoureuse au cours de laquelle la communauté des Samis du sud élevant des rennes a également été consultée à plusieurs reprises. En leur qualité d’investisseurs minoritaires, Credit Suisse et BKW ont vérifié avec soin que ces consultations avaient eu lieu et que l’ensemble des règlements norvégiens et internationaux applicables avaient été respectés.

Pour quelle raison le projet doit-il être construit sur les pâturages hivernaux les plus importants des Samis du sud?
A l’origine, le projet était d’une envergure bien plus importante. Dans le cadre de la procédure de participation, il a été diminué en prenant en compte les préoccupations relatives aux pâturages hivernaux. Il faut savoir que les pâturages restent exploitables malgré la construction du parc éolien. Des expériences en Suède ainsi qu’au sein d’un parc éolien situé un peu plus au nord de Storheia ont montré que les rennes reviennent d’eux-mêmes après la période de construction. Et même avant que la construction soit totalement terminée.

Le parc éolien empiète de manière effective sur environ 3% des pâturages, et c’est pour cette raison que le paiement d’indemnités a été prévu. L’utilisation des pâturages subira le plus de perturbations pendant la période intensive de construction allant de 2018 à 2020, mais ils seront de nouveau librement exploitables ensuite.

La présidente du Parlement sami de Norvège, Aili Keskitalo, affirme que ce projet menace grandement la partie la plus méridionale de la culture des Samis du sud. C’est selon elle toute une langue et une culture qui seraient menacées de disparaître. Quelle est la réponse de Nordic Wind Power à cette allégation?
Si ce danger existait réellement, le projet n’aurait jamais été approuvé. La Norvège est un état de droit établi au sein duquel les intérêts de la population indigène sont garantis dans la constitution et pris en compte dans la jurisprudence. Ces activités ne gêneront pas les éleveurs de rennes. Des modifications du permis de construire ont même fait en sorte que les conditions s’améliorent. De plus, le projet soutient les éleveurs, notamment grâce au marquage électronique des animaux, ou bien en ce qui concerne l’alimentation. L’idée maîtresse de ces mesures consiste précisément à sauvegarder cette culture.

Pourquoi le consortium a-t-il commencé la construction du parc éolien au sud alors qu’un recours des Samis du sud est en instance?Le projet Fosen Vind a été soumis à une procédure d’autorisation rigoureuse au cours de laquelle la communauté des Samis du sud élevant des rennes a été consultée. Nous avons procédé à la vérification du respect de l’ensemble des prescriptions en vigueur. Le permis de construire est juridiquement conforme et a été confirmé à plusieurs reprises. La société du parc éolien Fosen Vind DA a déjà indemnisé les groupes d’éleveurs de rennes samis concernés les années passées sur la base de trois accords de compensation pour des restrictions qui sont survenues pendant la construction du projet. Fosen Vind DA prévoit de verser une compensation finale en février 2020.

Pourquoi le consortium prend-il part à un projet qui porte visiblement atteinte aux droits de la population indigène locale?
Nous prenons très au sérieux de telles accusations, que nous avons de nouveau examinées de manière approfondie, également en concertation avec nos partenaires en Norvège assumant la responsabilité du projet. Ces investigations ont permis de confirmer que ce projet a été planifié par le biais d’une procédure intensive de participation, que toutes les étapes juridiques se sont déroulées dans le cadre du processus constitutionnel et que nous avons cherché à établir un dialogue actif avec les groupes de population concernés. Ceci se manifeste également par le fait que nous sommes parvenus à un accord concernant le projet avec différents groupes de la minorité samie, à l’exception de trois familles. C’est un fait, mais le dialogue se poursuit à ce sujet.

Quel est l’avis du consortium sur le fait que ce projet ne se conforme pas aux normes de l’OCDE que vos entreprises s’engagent à respecter?
Nous ne sommes pas d’accord avec ces allégations et nos investigations montrent également que l’ensemble des directives nationales et internationales applicables ont été respectées sans exception.

L’organisation de protection de la nature «Naturvernforbundet» a porté plainte contre l’octroi de la concession. Elle émet la critique selon laquelle le parc éolien a été construit dans une zone de grande valeur en matière de biodiversité. Storheia servirait notamment de milieu nutritif à diverses espèces d’oiseaux menacées, par exemple le grand-duc. Qu’en dit BKW?
La procédure d’autorisation était déjà arrivée à son terme au moment de la prise de décision d’investissement. Nous n’étions pas encore impliqués à ce moment-là. Bien évidemment, nous avons porté un regard critique sur l’ensemble du processus lors de la vérification de l’investissement. Statkraft nous a démontré que tout le nécessaire avait été fait afin de prendre en compte l’homme et l’environnement dans le projet. Nous devons tous être conscients du fait que tous les projets, même ceux en lien avec les énergies renouvelables, constituent une atteinte à la nature. Il s’agit alors d’assumer cette responsabilité et de s’assurer que cette atteinte soit aussi faible que possible. Ceci fera l’objet d’un contrôle constant.

Selon «Naturvernforbundet», la majorité du projet «Fosen» voit le jour au sein d’une nature intacte. En Norvège, ces zones ont été dramatiquement réduites et la région de Trondheim est particulièrement concernée. Le projet de parc éolien accapare une part importante de nature intacte encore disponible. Si un parc éolien est construit, la zone sera transformée en zone industrielle. Pourquoi BKW soutient-elle ce projet?
Force est de constater que chaque atteinte à la nature a des répercussions. En notre qualité d’acteurs, nous devons nous assurer que ces répercussions restent aussi faibles que possible. En tant que société, nous voulons et devons également réduire les émissions de CO2 en Europe et ainsi nous affranchir des sources d’énergie fossile. Cela passe forcément par un développement de l’énergie éolienne.

A l’origine, il était prévu que la région accueille un nombre bien plus important d’installations et de parcs éoliens. C’est précisément pour des raisons de protection du paysage et de la nature et par considération pour la population indigène et l’élevage des rennes que le nombre de parcs a été réduit et que la zone concernée a été nettement réduite. L’avantage des installations éoliennes est qu’elles peuvent être démantelées relativement facilement si elles venaient à ne plus être nécessaires.

Précisions relatives au contexte

Dans quelle mesure BKW est-elle impliquée dans le projet de parcs éoliens de Fosen?
Par le biais de Nordic Wind Power DA – un consortium d’investisseurs européens créé par Credit Suisse Energy Infrastructure Partners AG – BKW a acquis, avec quatre autres investisseurs institutionnels, 40% des parts de la société Fosen Vind DA. Au total, six parcs éoliens seront raccordés au réseau entre 2018 et 2020. Les coûts totaux d’investissement de près de 1,1 milliard d’euros seront financés par les trois partenaires Statkraft (52,1%), Nordic Wind Power DA (40%) et TrønderEnergi (7,9%).

Quelle est l’envergure de ce projet à l’échelle européenne?
Fosen Vind est actuellement le plus grand projet de parcs éoliens terrestres d’Europe. Des projets de parcs éoliens avaient déjà été envisagés dans la région de Trondheim, qui bénéficie de régimes de vents idéaux. L’étroite collaboration entre Statkraft, TrønderEnergi, BKW et Credit Suisse Energy Infrastructure Partners AG a finalement permis d’aboutir à un projet ciblé, bien équilibré et rentable. Les parcs seront détenus par Fosen Vind DA.

Quelle quantité de courant doit être produite par Fosen Vind au sein des six parcs éoliens?
Les 278 éoliennes produiront environ 3400 GWh d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation annelle de près de 750 000 ménages suisses (pour un logement de 4 pièces avec cuisinière et chauffe-eau électriques, on compte en moyenne 4500 kWh par an). Le parc éolien de Storheia dispose à lui seul de plus de 80 éoliennes et devrait produire 1000 GWh d’électricité par an.

Qui est représenté au sein du consortium Nordic Wind Power DA?
Le consortium Nordic Wind Power DA a été créé par Credit Suisse Energy Infrastructure Partners AG (CSEIP), une société de gestion de placements spécialisée dans le secteur de l’énergie. Le consortium est soutenu par le fournisseur de prestations énergétiques et de services d’infrastructure suisse BKW SA en tant que partenaire industriel, ainsi que par des investisseurs institutionnels orientés sur le long terme.

Pour quelle raison BKW a-t-elle décidé d’investir dans l’énergie éolienne en Norvège?
BKW souhaite diversifier son portefeuille éolien déjà important et faire avancer la transformation du secteur énergétique. BKW participe au plus grand projet de parcs éoliens terrestres en Europe et met ainsi en œuvre sa stratégie de développement des énergies renouvelables. Le projet Fosen Vind permet à BKW de mettre en place des capacités éoliennes rentables en Norvège, renforçant ainsi son portefeuille grâce à la diversité géographique et réglementaire. Outre la Suisse, BKW exploite des parcs éoliens en Allemagne et en Italie, mais aussi en France depuis 2015.


Plus d'informations

BKW AG
Media Relations
Viktoriaplatz 2
3013 Berne
Tel. +41 58 477 51 07
medien(at)bkw.ch
www.bkw.ch

 

Haut de page