News

« C’est une étape majeure pour nous »

En acquérant LTB Leitungsbau GmbH, BKW Infra Services met pour la première fois les pieds à l’étranger et renforce ses activités dans la construction de lignes aériennes. Dans cette interview, Werner Sturm, CEO de BKW Infra Services, explique ce que cela signifie.

Avec LTB, BKW Infra Services rachète pour la première fois une entreprise à l’étranger. Quelles en étaient les motivations? Un changement de stratégie?

Il s’agit de la poursuite logique de notre stratégie. Depuis que BKW a fait son entrée dans Arnold AG (il y a près de 15 ans), Arnold s’est développée en Suisse pour devenir un groupe et a connu une croissance considérable (de 200 collaborateurs environ à près de 1000 aujourd’hui, le chiffre d’affaires étant actuellement proche de 200 millions de francs en Suisse). Aujourd’hui, le groupe Arnold fait partie des plus grandes entreprises de construction de réseaux en Suisse. En conséquence, sur certains points, nous nous heurtons aux limites du marché. A partir de là, avec le conseil d’administration, nous avons examiné les pistes et les idées pour la «prochaine étape».

Et pourquoi en Allemagne?

Traverser une frontière est toujours un défi. D’autres marchés, de nouveaux clients, d’autres réglementations, etc. et éventuellement aussi d’autres langues. Nous n’avons pas voulu affronter toutes ces nouveautés à la fois. C’est pourquoi nous avons d’abord analysé les marchés dont nous maîtrisons bien la langue: qu’y a-t-il de plus proche que l’Allemagne et l’Autriche? Nous avons donc étudié une expansion sur le marché DACH. A cela vient s’ajouter le fait que le marché est actuellement «très captivant» dans le domaine de la haute tension, en particulier en Allemagne, et dans les années à venir aussi. En raison de l’accélération de la transition énergétique, il existe un besoin massif de renforcement des réseaux de transport (thématique des axes nord-sud). Nous sommes donc convaincus d’avoir pris cette décision au bon moment.

Avec ses 400 collaborateurs, LTB est un leader sur le marché de la construction de lignes aériennes. Est-ce que les travailleurs allemands vont prendre le travail des monteurs suisses?

Nous voyons la situation d’une manière totalement différente: en Allemagne, cette branche a actuellement un énorme besoin de rattrapage et donc un carnet de commandes très rempli. Les nouveaux collègues n’auront pas le temps de venir travailler ici en Suisse. Toutefois, il y a aussi un grand potentiel dans le rassemblement des différentes expériences et le renforcement mutuel. Ici, nous encouragerons certainement les échanges de manière ciblée, y compris au niveau opérationnel.

LTB est la plus grosse acquisition du groupe BKW Infra Services. Est-ce que cela a aussi des retentissements au niveau opérationnel?

En effet, c’est une étape majeure pour nous avec les répercussions qu’elle implique. C’est pourquoi il y aura aussi des ajustements dans l’organisation en Suisse: la marque de compétences BKW Infra Services prend des formes plus concrètes. Une direction de groupe est mise en place avec deux équipes nationales (Suisse et Allemagne). Elle est renforcée par un expert et un spécialiste reconnu de la branche (Sven Behrend). Dans ce contexte, il y a également un passage de relais à la direction du groupe Arnold en Suisse. Concrètement, je céderai la direction à Stefan Iseli et je me concentrerai sur la direction du groupe et sur les développements à venir.

Les entreprises précédentes ont été intégrées au groupe en tant que filiales. A quoi va ressembler l’intégration de LTB?

Nous avons soigneusement réfléchi à la manière de l’intégrer. Nous avons intégré nos filiales suisses actuelles en l’espace de deux ans au maximum d’une manière très homogène (Back Office, y compris les systèmes), ce qui profite aujourd’hui à tous. Pour LTB, que ce soit en raison de sa taille ou des différences formelles et réglementaires, nous avons opté pour une autre solution: nous allons gérer cette entreprise comme une société sœur au sein du groupe Arnold et continuer de la renforcer.

Comment faut-il interpréter ce franchissement de la frontière avec LTB en ce qui concerne l’avenir?  Va-t-il se répéter?

Nous nous réjouissons d’avoir pu franchir une première étape importante avec LTB. Le marché allemand est grand: une acquisition doit donc avoir un certain poids pour être perçue par les clients. Nous la considérons comme une «première étape». Il s’agit de «jeter l’ancre» pour ainsi dire. Et nous nous réjouissons également de continuer à nous développer de façon ciblée avec LTB sur le marché allemand, mais aussi autrichien.

Communiqué de presse du 9 octobre 2019

Haut de page