En tant que directeur de l’économie publique, vous êtes responsable de l’économie et de l’emploi dans le canton de Berne. Quelle est l’importance de BKW en tant qu’entreprise et employeur pour le canton?
BKW est très importante pour l’économie du canton de Berne. Sur les plus de 8000 personnes qu’emploie BKW en Suisse et en Europe, environ la moitié travaille dans le canton de Berne. Le canton de Berne détient 52% des actions et profite ainsi notamment de dividendes, qui se sont montés à 49 millions de francs en 2018. À cela s’ajoutent environ dix millions de francs provenant de l’impôt sur les sociétés et 56 millions de francs issus notamment de la redevance hydraulique.

BKW est cotée à la Bourse suisse. Le cours de l’action a évolué positivement ces derniers temps. Comment jugez-vous cette évolution et quelle est sa signification pour le canton de Berne en sa qualité d’actionnaire majoritaire?
BKW a bien réagi compte tenu du marché difficile caractérisé par des prix de l’électricité bas. Jusqu’à présent, la stratégie adoptée porte ses fruits sur le plan économique. BKW réalise régulièrement des bénéfices. L’entreprise vaut actuellement deux milliards de francs de plus qu’en 2014. Le canton de Berne en profite aussi.


Bien que BKW ait ses racines dans le canton de Berne, elle poursuit fructueusement ses activités dans plusieurs domaines à l’international. En quoi cette stratégie profite-t-elle au canton?
Elle rend l’entreprise plus forte et plus robuste, ce qui est dans l’intérêt du canton de Berne. Nous devons réfléchir au-delà des frontières dans les domaines de l’énergie et de l’approvisionnement en électricité, car la Suisse est très étroitement reliée au marché européen de l’électricité. C’est pourquoi il est judicieux que BKW s’engage également hors de la Suisse. D’après moi en tant que directeur de l’économie publique, il est toutefois également important que BKW reste une entreprise qui conserve un fort ancrage régional et qui réalise des investissements dans l’infrastructure locale et dans nos emplois.

Le monde veut «étancher sa soif d’énergie durable», tout comme le canton de Berne. Quels sont les défis pour l’avenir énergétique selon vous et quel rôle joue BKW dans cette affaire?
La sortie progressive de l’énergie nucléaire s’accompagne d’une importante transformation des infrastructures énergétiques. Il faut donc investir, et BKW doit tenir le rythme de la mutation et aller de l’avant. C’est pourquoi il est judicieux que BKW étende son offre de services et qu’elle propose son expertise technique partout où de l’électricité sera produite et consommée à l’avenir. L’efficacité énergétique prendra encore plus d’importance demain, et les économies d’énergie constituent incontestablement le meilleur moyen d’y parvenir.


Ces dernières années, le développement de l’activité de services de BKW a largement permis à l’entreprise de compenser les pertes découlant de la production d’électricité. Que dites-vous de cette évolution?
BKW a bien maîtrisé des années difficiles. C’est important pour le canton de Berne en tant qu’actionnaire et en tant que lieu d’origine de l’entreprise, car cela permet de préserver des places de travail. Dans le même temps, il est crucial pour notre économie et pour la sécurité d’approvisionnement que le cœur de métier historique, la production et la vente d’électricité, continue de jouer un rôle de premier plan à l’avenir.

Avec le développement de l’activité de services, les PME critiquent régulièrement la stratégie de BKW. Qu’en pensez-vous? 
Je comprends les PME: la numérisation, l’évolution du marché et la complexité grandissante dans le secteur tertiaire sont de véritables défis pour les entreprises individuelles. Dans le domaine des services dans le canton de Berne, BKW est toutefois un petit acteur qui détient une faible part de marché, si bien qu’il ne change pas les conditions qui y prévalent, sauf peut-être en termes de concurrence pour la main-d’œuvre. Il importe que les lois continuent d’être respectées. Les subventions croisées entre l’activité monopolistique et l’activité concurrentielle sont interdites conformément au droit fédéral dès lors qu’elles sont versées systématiquement et qu’elles faussent la concurrence.


«Il faut des entreprises économiquement fortes telles que BKW qui vont de l’avant dans la transition énergétique.»



Quel rôle peut jouer BKW avec ses champs de compétences dans le développement urbain en ce qui concerne la durabilité des infrastructures futures, l’urbanisation et la numérisation?
Les villes constituent un espace de vie important pour demain: elles utiliseront 80% de l’énergie mondiale. En d’autres termes, ce n’est qu’avec des concepts intelligents et créatifs que les villes peuvent relever ces défis et devenir des smart cities. Il existe ici un énorme potentiel pour BKW. Dans le projet «Smart Capital Region», nous voulons améliorer la qualité de vie de la population tout en minimisant la consommation des ressources grâce à une interconnexion intelligente des infrastructures dans les transports, l’énergie et la communication. Je m’attends donc à ce que BKW participe activement à ce projet central concernant la région de la capitale de la Suisse.

L’arrêt imminent de la centrale nucléaire de Mühleberg le 20 décembre 2019 et la désaffectation qui s’ensuivra constituent des prestations pionnières dans l’histoire de BKW. Quelles en sont les conséquences pour le canton?
BKW est le premier exploitant à arrêter une centrale nucléaire en Suisse. À partir du milieu des années 2030, le site pourra être utilisé à des fins industrielles ou aménagé d’une façon proche de l’état naturel. C’est une perspective intéressante pour le canton de Berne en tant que place économique. Pour BKW, il s’agit d’un immense défi qui sera observé à la loupe aussi bien en Suisse que depuis l’étranger. De nombreux services cantonaux sont impliqués dans la désaffectation et dans la surveillance du démantèlement. J’espère que la collaboration constructive avec BKW se poursuivra sur ce grand projet.


Quel rôle peut jouer BKW pour un avenir énergétique durable dans le canton de Berne? D’après vous, quel est le potentiel général des investissements durables comme les propose BKW, par exemple avec le green bond lancé récemment?

Le canton de Berne, la Suisse et l’Europe se sont fxé des objectifs ambitieux dans le cadre de la transition énergétique. Afin d’atteindre ces objectifs, il est nécessaire de disposer d’entreprises économiquement fortes et prospères qui vont de l’avant. Je suis ravi que nous ayons, avec BKW, une entreprise qui nous y aide dans le canton de Berne. La demande d’investissements verts augmente et continuera d’augmenter.

retour

Haut de page