News

Le responsable Nucléaire BKW devient président de swissnuclear

BKW deviendra le premier fournisseur d’énergie en Suisse àdésaffecter son réacteur à Mühleberg (BE), fin 2019. L’entreprise assume parallèlement de nouvelles responsabilités avec la nomination de son responsable nucléaire, Philipp Hänggi, à la présidence de swissnuclear.

Philipp Hänggi a été élu président du comité directeur de swissnuclear le 14 mai 2019. Il succède ainsi à M. Michael Plaschy, responsable Nuclear Power Generation chez Alpiq SA, qui a occupé ce poste durant cinq ans. Philipp Hänggi est titulaire d’un doctorat en physique et responsable nucléaire chez BKW. Il est également membre du comité directeur de swissnuclear depuis 2014.

Pertinence pour l’approvisionnement en électricité et la protection du climat

Philipp Hänggi s’efforcera de maintenir un cadre politique et réglementaire raisonnable pour l’exploitation sûre des installations nucléaires suisses et pour la désaffectation et l’élimination appropriées. Cela inclut le fait que les centrales nucléaires peuvent être exploitées tant qu’elles sont jugées sûres par l’Autorité de sûreté nucléaire (IFSN) – et selon la décision prise par l’électorat en novembre 2016 avec le rejet de l’initiative d’élimination progressive des centrales nucléaires.

Ce n’est qu’ainsi que les centrales nucléaires pourront contribuer de manière significative à la sécurité de l’approvisionnement de la Suisse en électricité respectueuse du climat le plus longtemps possible – et donc au succès de la stratégie énergétique 2050, dont la mise en œuvre prendra encore des décennies. Toutefois, pour des raisons politiques, les conditions-cadres pour l’exploitation des centrales nucléaires ne doivent pas être encore dégradées.

Révision OFDG: décision du Conseil fédéral

Dans ce contexte, il convient de mentionner l’ordonnance sur le fonds de désaffectation et sur le fonds de gestion des déchets radioactifs pour les installations nucléaires (OFDG), qui est en cours de révision partielle. Elle est au cœur de l’exploitation économique des centrales nucléaires et du financement responsable de la désaffectation et de l’élimination par les exploitants. Après le processus de consultation, la décision revient maintenant au Conseil fédéral. Elle devrait tomber au cours du premier semestre 2019.

Philipp Hänggi souligne dans ce contexte que la réduction du rendement réel et l’interdiction du remboursement des excédents des fonds prévus par le DETEC seraient particulièrement contre-productives: «Avec l’augmentation artificielle du coût des contributions des exploitants aux fonds, les sociétés d’exploitations seraient privés des moyens nécessaires d’urgence pour la réorganisation des infrastructures électriques suisses conformément à la stratégie énergétique 2050, sans aucun gain de sécurité et seraient bloqués dans les fonds pendant une période pouvant atteindre 100 ans.»

Haut de page