Optimisation de l’exploitation: fardeau ou opportunité de taille?

Plusieurs cantons ont intégré ou sont en passe d’intégrer le MoPEC 2014 (modèle de prescriptions énergétiques des cantons) à l’ordonnance cantonale sur l’énergie. Ce modèle rend obligatoire, entre autres, l’optimisation de l’exploitation pour les bâtiments neufs et existants ou l’introduction d’un système de monitoring de l’énergie pour les nouveaux bâtiments. Est-ce un fardeau ou une opportunité de réduction durable des coûts d’exploitation et d’entretien?

Concentrons-nous sur les opportunités, elles sont nombreuses! Une optimisation de l’exploitation ou un système de monitoring de l’énergie permet non seulement de faire baisser durablement les coûts énergétiques, mais aussi d’éviter les investissements dans des installations surdimensionnées.

L’optimisation de l’exploitation constitue l’équivalent de la préparation automobile mais dans la technique du bâtiment. La démarche nécessite d’analyser la façon dont sont exploitées les installations techniques dans les bâtiments, par exemple le chauffage, la ventilation ou le refroidissement. Elle implique en outre de vérifier les exigences applicables en matière de technique du bâtiment. Dans la majorité des cas, il apparaît que l’exploitation et les exigences ne coïncident pas. Par exemple, le chauffage fonctionne alors que la chaleur n’est pas réellement nécessaire, les équipements de ventilation sont en marche même en l’absence de production en cours ou de personnes sur site et la communication entre les installations ne fonctionne pas.

L’expérience montre que l’on utilise souvent les valeurs et réglages standard lors de la mise en service des installations. Il convient d’ajuster ces réglages et de veiller à piloter et réguler les installations en fonction des besoins réels pour garantir qu’elles ne fonctionnent que dans la mesure du nécessaire.

Chez Biella Suisse SA, par exemple, nous avons pu réduire la consommation d’électricité de 3% et la consommation de gaz de 25% en optimisant l’exploitation. Nous avons également pu réduire la consommation de gaz de 20% et la consommation électrique de la pompe à chaleur de 8% à notre siège de la Viktoriaplatz à Berne. Autre exemple, une entreprise pharmaceutique du canton de Berne montre qu’il est possible de réduire la consommation d’électricité jusqu’à 35%.

Les économies réalisées se chiffrent ainsi de 10 000 à 70 000 francs par an. L’optimisation de l’exploitation présente également l’avantage d’obliger à déterminer le besoin effectif. Lorsqu’il devient nécessaire de remplacer certaines installations, cela évite d’opter pour des installations surdimensionnées et donc trop coûteuses.

Le monitoring de l’énergie est un outil d’analyse pour le contrôle de performance et le suivi des conditions cadres. Il permet d’identifier les anomalies dans le prélèvement d’énergie et d’optimiser davantage les installations.

Quant à vous, quel est votre potentiel d’économies?

Une chose est sûre: les clients qui ont bénéficié de notre offre ont radicalement réduit leurs coûts énergétiques. Vous aussi, vous pouvez en profiter. Nous vous expliquerons volontiers comment procéder.

N’hésitez pas à nous contacter pour un conseil personnalisé.

Raphael Kurmann
Chef Conseil en énergie
Téléphone 058 477 63 33
Mobile 079 775 94 03
raphael.kurmann(at)bkw-antec.ch

Joachim Wilhelm
Chef Building Energy Monitoring
Mobile 079 959 11 27
​​​​​​​joachim.wilhelm(at)bkw-antec.ch​​​​​​​

Haut de page